Chauffages, ma vie

Maiso, jardin bien être famille

La cerise sur le gâteau des vacances

Pour moi, la cerise sur le gâteau des vacances, c’est vraiment un bon match de cricket sur la plage. Sans ça, les vacances ne sont pas véritablement des vacances. De merveilleux souvenirs de cricket de plage restent gravés dans ma mémoire : le match à Great Yarmouth où, avec trois balles consécutives, j’ai mis hors jeu mes trois batteurs : Max, Kathleen et Sally, tous renvoyés à tout de rôle au pavillon (certes Sally n’avait que six ans à l’époque, mais tout de même…) ; mon splendide score de quatre-vingt-sept à Filey malgré la mauvaise luminosité; et un attrapé-lancer tout à fait dévastateur qui a mis Kathleen hors jeu à Bridlington l’année dernière, juste quand elle commençait à dominer le service. »

Une petite crise de la quarantaine pourrait être assez facile à gérer pour Eric, surtout en ayant prévu des vacances calmes et reposantes au Camping-caravaning de Tralee. Sauf que si le monde entier s’y met afin de faire vivre un enfer à ce britannique pourtant plein de flegme, les vacances risquent bien de virer au cauchemar. Tout d’abord les lieux n’ont rien à voir avec ce dont il se souvenait, les voisins bruyants et les employés non-coopératifs. Sa femme s’est mis en tête de vouloir pimenter leur vie sexuelle, mais au final il s’agit plus de sa vie sexuelle à elle, tant son enthousiasme à varier les partenaires sans inclure son mari dans l’affaire est débordant. Son fils a décidé de retourner à l’état de nature, se vêtant de peaux de bêtes et courant à quatre pattes dans la boue et la forêt. Et sa fille, oh, elle traverse seulement une crise mystique et joue les envoyées du Seigneur. Mais il en faudrait vraiment plus pour décourager notre souriant quadra. Vraiment ? Ajoutez à cela quelques cadavres, un chien en furie, un policier tyrannique, un garagiste escroc et deux nains contorsionnistes, et vous aurez de quoi tuer le temps. Juste le temps ? Oh ça …

Lorsque l’on cherche une lecture divertissante, drôle, pleine de second degré et de situations absurdes, il n’y a pas besoin de chercher bien loin. Geoff Nicholson manie tout cela vraiment très bien. Sous forme de journal intime, on suit le quotidien d’Eric pendant ses quinze jours de vacances ainsi que l’acharnement du destin sur son pauvre sort. Un style enjoué et naïf pour ce Candide de la perfide Albion, des protagonistes tous plus méchants, cruels, fourbes et sans pitié les uns que les autres, des phénomènes atmosphériques inquiétants. C’est le début d’une Apocalypse personnelle pour Eric.

Chaque jour apporte son lot de désillusion, d’accidents, de vols, de situations humiliantes… Le tableau pourrait être très noir, mais c’est sans compter sur l’humour de l’auteur, sur cette légèreté qu’il sait donner à son récit, comme si les événements les plus dramatiques pouvaient être réduits à la même importance que la perte d’un panier de pique-nique. Ici, les petites anecdotes des vacances ne sont pas l’achat d’un chapeau de paille ou d’une nouvelle crème solaire, mais plutôt la maison cambriolée, la prise d’otage par l’employé du supermarché ou bien encore la tentative de sacrifice humain par son propre fils.

Mais attention, même si Eric est du genre naïf, il comprend vite, mais il faut lui expliquer longtemps. La fin de ce récit marque un changement radical dans sa vie, dans sa manière d’appréhender le monde, fini de tendre l’autre joue, il est temps de donner une petite leçon de correction à ceux qui nous entourent et reprendre prise sur la vie, tout aussi moche qu’elle puisse être. On sourit de tant de situations improbables et trop énormes pour être crédibles, c’est le but, mettre une emphase, grossir le trait, c’est l’essence même de l’humour british, et ça marche.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le juin 21, 2016 par .
<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :